Bénévoles Stagiaires Français Togolais Bretons et autres...

 ...Si vous voulez partager un petit ou un grand bout de votre expérience au Togo avec l'A.R.E, ce "Livre d'Or" vous ouvre une page blanche, les guillemets, à vous de proser...

Livre d'or des anciens bénévoles

pseudo : Edem TOGO

J'ai intégré ARE TOGO depuis 2007,et je suis des lors membre. Avec ARE j'ai eu a participer a plusieurs chantiers,Soutien scolaire, Renovation, Sensibilistation sr Le VIH/SIDA et aussi le reboisement Je peux dier tout ceci m'as permis de me develloper d'abord et d'avoir une grande experience dans cette vie. et je suis toujours membre jusqu'a aujordh'ui. Alors vive le Bénévolat et ARE toujours en Avant. Edem TOGO,membre bénévole ARE,TOGO

Ecrit le 16/02/2012 à 14h26

pseudo : Paul Muselet

" J'ai découvert l'association ARE en 2009, et depuis, je retourne souvent au Togo avec cette même asso (pourquoi changer, quand on a tissé des liens d'amitié pareils?). Le gros plus de la structure, c'est qu'elle prend soin des stagiaires, qu'on peut faire entièrement confiance en ses collaborateurs! Les missions sont intéressantes et variées. En plus, ARE est active dans tout le pays!! Contactez Mamert (Lion) TOÏ, il se fera un plaisir de vous répondre!!" Paul Muselet (à l'ARE en 2009 et en 2011)

Ecrit le 11/02/2012 à 19h39

pseudo : Yann ( Toulouse )

A.R.E équipe solide et solidaire vous fera découvrir l'Afrique avec amour. Éternel perfectionniste, HOMME DE TERRAIN indiscutable, Mamert cherche chaque jour a améliorer le quotidien des Togolais. Toute l'asso met a disposition des bénévoles un cadre convivial, familial afin que les bénévoles se sentent bien. Je remercie Stephane, Sitsope et Mamert pour leur accueil et les souvenirs a jamais dans ma mémoire.

Ecrit le 10/02/2012 à 19h59

pseudo : Vincent Clavel

L'asso ARE est une grande entreprise humaine et c'est avec plaisir que j'ai participé à celle ci. J'encourage tout le monde à donner de son temps pour cette structure très sérieuse qui cherche une chose magnifique, l'échange! N'hésitez pas, vous ne serez pas déçu. Vincent

Ecrit le 10/02/2012 à 14h27

pseudo : Justin, bénévole stagiaire

L'A.R.E est une association sérieuse, ambitieuse et qui fonctionne grâce à des bénévoles de confiance, très attachants et assurément soucieux du développement de leur pays. J'ai passé 6 mois à l'A.R.E où j'ai pu poser les premières pierres de l'action de l'association dans le domaine agricole, et également développer des partenariats avec plusieurs associations et ONG ainsi qu'établir des contacts locaux. J'ai réalisé un travail de terrain, de coordination qui s'est traduit par la réalisation de dossiers, notes et projets agricoles sur la région des Plateaux et des Savanes. Par ailleurs, j'ai pu faire de le sensibilisation au réchauffement climatique dans plusieurs villages et villes, ainsi qu'une émission de radio à Mango. Difficile de résumer 6 mois dans un témoignage... Choisir l'A.R.E, c'est choisir le sérieux, le dépaysement et la convivialité recherchés dans une telle expérience. Mamert, Stich, Magnim, Stéphane, Christopher, Edem et les autres vous accueilleront les bras ouverts...

Ecrit le 09/02/2012 à 15h41

pseudo : Claire GOUVAERT

Chantier d'aide scolaire Aout 2011. Une expérience unique à vivre ! Nous étions accueillis chaleureusement par Mamert et Sitch à l'aéroport. Ils nous ont mis tout de suite à l'aise ! Toute l'équipe de l'ARE est très joyeuse et fait preuve d'une grande générosité. Les enfants avec lesquels nous travaillions étaient adorables. Il y avait toujours une très bonne ambiance entre les chants africains, les tamtams, les danses, les soirées,et les bénévoles. Mamert Toï, le président de l'association est souvent présent avec nous sur le chantier, et s'assure de notre bien être et de notre bonne intégration dans le groupe. L'ARE prend vraiment soin qu'il nous arrive aucun problème et ses bénévoles mettent tout à disposition voyage. Nous avons descendu le mont Agou à pied, j'en garde un excellent souvenir. Le village d'Agou où nous étions installés est très vert, pleins de fruits poussent làbas. Pour l'échange d'argent sur place, tout a été fait dans les règles de l'art, on nous a bien montré le détail de chaque transaction. J'ai eu beaucoup de chances d'être tombée sur cette association au Togo, et je recommande pour tous ceux qui aiment l'aventure, le partage, les gens, la solidarité d'effectuer un stage à l'ARE.

Ecrit le 09/02/2012 à 15h12

pseudo : Alice Teisseire

C'est avec un groupe de cinq amis que je suis partie en août 2008 sur le chantier (soutien scolaire) d'Agou. Nous sommes partis en tant qu'équipe compagnons ( Scouts et Guides de France ). Arrivés à l'aéroport, Mamert nous a acceuilli avec une grande générosité et nous sommes allés tout de suite chez lui pour poser nos affaires, rencontrer les autres membres de l'asso et comme disent si bien les togolais "faire la fête". Très bonne impression!!! Quelques jours après nous sommes partis de Lomé direction Agou. Au début du séjour, les enfants se sont inscris, puis nous nous sommes répartis les matières. Il y avait avec nous les bénévoles de l'asso et une autre bénévole belge. Chacun de nous était prof d'une matière. Petit appréhension avant le premier cour et finalement tout c'est bien passé! Les enfants sont supers! Pendant quatre semaines nous avons donné des cours aux enfants et appris à les connaître. L'après-midi la bibliothèque était ouverte. Un élève est venu nous montrer comment il faisait les paniers... Pendant les temps libres nous pouvions aller au marché, chez le tailleur, le cordonnier, ... Les bénévoles togolais sont toujours surmotivés pour faire la fête le soir venu!!! Ils ont une énergie de folie!! Des chants supers dont je me souviens encore des paroles et des mimes! Les we nous avons visité la cascade de Kpimé et le Pic D’Agou le mont le plus élevé du Togo. La descente du mont fut super avec la traversée de villages magnifiques. Nous avons eu également une journée africaine en habit traditionnel (nous avons mangé du chien!!) et une journée européénne! A la fin du mois, il y a eu une "cérémonie" pour remettre les cahiers aux enfants et féliciter les premiers de classe. Ce fut un momment très émouvant! Bref ce fut un voyage de malade! Je n'oublierai jamais les botocoins, les corvées d'eau au réveil, la gentillesse et l'énergie des togolais, la terre rouge d'Afrique, les chansons de Céline Dion que les bénévoles mettaient à plein volume, le sourire des enfants, les batiks, les bénévoles et Mamert! Je n'ai qu'un conseil: allez-y !!! C'est super!! Merci encore Mamert de nous avoir acceuilli! Et merci à notre super chef de chantier Alid! Et à tous les autres bien sûr!!

Ecrit le 15/03/2011 à 18h29

pseudo : Julien, bénévole français

Chantier Sensibilisation sur les IST/SIDA à Agou Nyogbo du 07 au 24/11/2005 Julien (Bénévole Français) et Mamert (Président de l’ARE) sommes arrivés à Agou le 7/11/2005, nous sommes en suite aller voir le Préfet pour l’autorisation de chantier. Le lendemain nous sommes allés au CEG de Nyogbo pour avoir le planning journalier de la sensibilisation. La sensibilisation proprement dite a débuté le 9 matin. Le CEG d’Agou Nyogbo est composé de 7 classes de la 6ème à la 3ème. Il contient un effectif de 457 élèves. Durant tout le chantier nous avons eu à sensibiliser ses élèves sur les IST/SIDA, la sensibilisation se déroule tous les matins Méthodes de travail : - IST : Définitions, manifestation - SIDA (VIH) : Définition (VIH 1/VIH II) Mode de transmission (voie sexuelle, voie sanguine et voie materno-foétale).-Prévention (voie sexuelle, voie sanguine et voie materno-foétale).-Impacts sociaux et économiques. L’accent est mis sur la prévention : bonne utilisation des préservatifs (condom chez les hommes et fémidom (chez les femmes) et pour les mineurs l’abstinence. Pour voir si le message est passé nous avons procédé à des jeux de causeries, des débats…Lors des temps libres : Batiks, percussion et animation avec les enfants , visites (cascade de Kpimé, vite du Pic D’Agou le mont le plus élevé du TOGO, 986m :il a fallu 3 heures de marche pour faire l’ascension, une montée ponctuée de dizaines de petites sources d’eau pure et claire, de plusieurs espèces d’arbres, d’oiseaux, de serpents et de papillons fortement colorés et de petits hameaux nichés sur le flanc de la montagne. Le voyage étant aussi culinaire, nous avons mangé du foufou à la sauce cacahouète que julien adore, très peu de patte alimentaire, de riz à la sauce tomate ou cacahouète, des frites d’igname, des brochettes, du kpédjigaou, du pain de soja, de la patte de maïs, la sauce d’adémè, de gombo, d’ébésséssi, et beaucoup d’autres choses. Nous avons bu des céréales liquides comme du Tchoukoutou, Tchakpalo, et du gin africain le sodabi.

Ecrit le 24/1/2005 à 13h04

pseudo : Guillaume, bénévole français

1°habitants, jeux collectifs... Nous avons préparé les journées de sensibilisation à Lomé avec un spécialiste qui nous a expliqué les messages à transmettre. Plusieurs centaines de personnes ont reçu ces messages. Nous avions apporté des préservatifs depuisla Franceque nous avons remis aux habitants du village et à un dispensaire. Ces trois semaines m'ont énormément apporté, surtout à un niveau culturel puisque cette vie commune m'a permis de beaucoup discuter avec les membres de l'association et les habitants du village. J'ai découvert leur mode de vie, leur quotidien, et j'ai essayé de leur témoigné de notre mode de vie en France. Beaucoup de discussions donc, et des découvertes émerveillant. Le Togo est un magnifique pays et ses habitants sont très accueillants, et ouverts. L'aide au village de Zafi doit se poursuivre pour qu'elle porte ses fruits. Ce que nous avons apporté pendant ces trois semaines n'a sans doute pas révolutionné leur mode de vie, mais c'est en répétant ces aides ponctuelles que l'ARE va pouvoir réellement aider le village. Julia, volontaire aux chantiers sensibilisation IST à Zafi __________________________________________________ 2°;) En route mauvaise troupe… Arrivée de nuit… Nouveau pays, nouveau repère, nouvelles odeurs, nouvelles envies ! A l'aéroport un grand homme avec son visage de petit garçon me sourit avec tant de joie, que le doute n'est plus permis… J'ai en face de moi Mamert, « notre président » ! Après quelques jours à Lomé, on l'on apprivoise l'environnement visuel, sonore, olfactif… humain… nous voici parachutés à quelques kilomètres de là : Zanguéra ! C’est à Zanguéra que trois togolais, accompagnés de trois « yovos » vont tenter d'accomplir la mission qu'ils se sont donnés : « chantier de sensibilisation IST/Sida ».Tous les jours l'on passe de classes en classes, de collèges en collèges, à travers les entiers rouges de terre, mais aussi ceux de l'apprentissage, de la différence, de la culture, de la sexualité et évidemment des tabous. Au sein même de notre petite équipe les débats se font de plus en plus quotidiens : comment vivre ensemble ? Comment faire passer un message ? Comment faire acquérir une connaissance ? Comment faire tomber des barrières ? Des croyances ? Des Peurs ? Comment et pourquoi? A chaque jour la tentative d'une réponse, l'essai d'un dialogue, des désaccords toujours, mais au bout… de jolies rencontres, de petites victoires… Mon séjour au Togo fut de 2 mois et demi, il m'en reste tant… de sourires, de questions, de regards, de désirs et de rires… Il faudrait beaucoup plus de quelques mots pour vous dire ce que j'y ai découvert… tout ce que l'on m'a donné… Trop de noms me viennent à l'esprit… A tous ces noms … un seul mot : encore ! Stevie, volontaire au chantier sensibilisation IST à Zanguéra ____________________________________________________ 3°;) Chantier reboisement juillet 2005 Le chantier s'est déroulé du 6 au 28 juillet 2005. Personnellement, je suis arrivé le 23 juin. Lors des 15 premiers jours, j'ai eu la chance d'apprendre le technique du Batik et même de réaliser un T-shirt et un Tableau. Nous avons aussi pris du bon temps en visitant Lomé et ses nombreux bars.....En ce qui concerne le chantier, tout s'est pour le mieux déroulé et la place publique, destinée au repos des nombreux enfants de Zafi, a été réalisée sans encombre. La motivation et l'enthousiasme de tous à largement participé à cette réalisation. Le reste des plants a été distribué aux cultivateurs de Zafi. Ces plants ont pour but de reboiser les chants et ainsi d'augmenter les pluies sur Zafi. Le déboisement y étant important, les pluies se sont raréfiées. De plus, les feuilles des Albizzia chevalerie et autres Samanea saman fertiliseront les sols et donc rendront les rendements meilleurs. Le but ultime est donc de rendre la vie plus agréable pour tous et particulièrement aux enfants. J'ai eu aussi la chance de rencontrer les chefs traditionnels et autres personnes très attachantes de Zafi malgré le problème de langue (les Zafitowo en Ewé et moi en Français). Je ne voudrais surtout pas oublier ici, tous les moments de rigolades, d'échanges et autres moments indescriptibles vécus avec les membres de l'ARE. Les vendredi soirs réservés à "l'ambiance" ont été aussi pour moi exceptionnels! Tous les âges s'y côtoient au rythme des percussions et de la foule de chants entonnés par le Président de l’ARE MrMamert. Des moments inoubliables à vivre que l'on ne peut décrire. En résumé je souhaite à tous les futurs bénévoles qui me liront de vivre des moments et un chantier comme j'ai pu le vivre. Il est certain que je n'oublierai jamais ce séjour au Togo. Ma seule hâte est d'y retourner le plus rapidement possible, peut être avec l'un de vous....Merci l'ARE, merci le TOGO.

Ecrit le 24/12/2005 à 23h47

pseudo : Manon (voir album photo "stagiaire domaine éducation 2011")

Arrivée à Lomé (la capitale du Togo) après 6h d’avion, mi angoissée à l’idée de partir à l’aventure - mi fascinée par ce que me donnait à voir le hublot, je descends enfin de l’oiseau. Le temps de comprendre que cette chaleur étrange autours de moi ne vient pas du moteur de l’avion qui me surplombe, mais sera bien le climat que j’aurai à supporter pendant les cinq prochains mois, et me voilà débarquer dans un aéroport bondé. Je suis accueillie par Mamert, le président de l’association que j’apprendrai à connaître au fur et à mesure. Un Togolais hyperactif du développement, regorgeant d’idée, philosophe à ses heures, et qui connaît son pays mieux que sa poche. Après quelques jours d’ « acclimatation », (et encore le mot est faible pour la voyageuse du dimanche que j’étais), nous sommes allés au village ou se déroulerait ma « mission ». Je suis accueillie par le directeur de l’école d’Amoussoukopé, sa femme et ses 4 enfants qui seront ma famille d’accueille. Je venais pour prendre en charge l’enseignement d’une classe de CE1 de l’école du village ou il manquait un professeur (étudiante en 3e année de droit, aucune expérience dans l’enseignement, je suis venue, j’ai vu, il allait bien falloir vaincu..). Le cadre était aussi déroutant au départ que plaisant à la longue, Amoussoukopé est un village rural, sans électricité. Nous vivions donc au rythme du soleil. Après des journées fatigantes, dîner, brin (ou une bûche, selon nos inspirations) de causette sous les étoiles, et au lit. Le matin, réveil à 6h mais réveillée à 5h30 par le coq consciencieux et les pintades euphoriques de la maison. Après 3 semaines de formation ou j’ai suivi des cours dans les différentes classes de l’école, et pendant lesquelles j’ai étudié le programme avec l’aide de quelques bouquins et du directeur qui m’a explicité quelques bases de la pédagogie, et comment préparer un cours, je me suis lancée dans l’arène. Nous arrivions donc à 7h à l’école, les élèves, comme chaque matin, avaient nettoyé la cours avec leur balais en feuille de palmier, et au premier coup de sifflet, tous en rang par classe et c’était parti pour la petite cérémonie matinale… « Fixe !... Repos !.. Attention… », levée du drapeau devant 260 tête brunes silencieuses et immobiles, les bras le long du corps, suivi d’un « Travail, Liberté, Patrie ! » égosillé en cœur avant de chanter l’hymne togolais. Et c’est repartie, « Gauche, Droite, Gauche, Droite… », et les classes regagnent leur salles en ordre et en chantant. Il s’en est suivi 4 mois pendants lesquels j’ai donc été « Madame Manon » en face d’une classe de 25 enfants qui étaient aussi adorables, vifs et drôles que fatigants, fripons et flémards... Cette immersion à Amoussoukopé a été une très bonne expérience, les gens étaient très contents que je sois là, et m’ont accueilli chaleureusement. Partager le quotidien des locaux m’a permis, de partager leurs activités, marché, pêche, agriculture, écoles, et de découvrir leur culture, leurs valeurs, au fil des discutions et des évènements. Le week-end, il m’arrivait régulièrement de repartir à Lomé en « taxi-brousse » rejoindre Mamert et les bénévoles qui étaient parfois sur place, histoire de se raconter nos semaines chargées et de se détendre en ville autours d’un verre. Pendant ces cinq mois j’ai eu l’occasion de voyager pas mal et de visiter le Togo du nord au sud. L’ARE travaille en collaboration avec une association de tourisme solidaire qui organise des circuits de visite du Togo pour les bénévoles. Je remercie encore Mamert, le président, qui porte bien son nom, attentif, présent, chef de troupe, confident, papa poule, il est sur tous fronts pour que ses bénévoles profitent, se sentent bien, et ne rencontrent pas de problèmes. C’est une association sérieuse et active, ce qui n’est pas le cas de toutes les associations au Togo, JE VOUS LA RECOMMANDE DONC VIVEMENT ! (Si vous voulez voir des photos, celles de mon stage sont sur le site) Manon

Ecrit le 02/03/2011 à 19h06

pseudo : Paul muselet

L'A.R.E, un label associatif de qualité pour découvrir ce beau pays du Togo, être bien accueilli et évoluer dans une ambiance saine, tout en vivant une expérience unique au plus près de la population locale... Pas mal non?? éhéhéhé. Entrez en contact avec Mr Toï, ce bon vieux lion, FRERE LION

Ecrit le 01/03/2011 à 00h19

+ Ecrire un message